Vous avez du mérite

CCI Caen, 17 juin 2013

Extraits

Vous avez tous contribué,

  • à un moment ou un autre,
  • d’une façon ou d’une autre,

à la création, à l’existence, à l’action de Normandie Pionnières.

Ce mérite n’est pas le mien, Ce mérite est le nôtre, c’est celui de Normandie Pionnières.

Ce mérite, c’est donc le vôtre – je vous connais tous et je sais comment chacun d’entre à vous a contribué à cette réussite,

Je vous remercie :

  • Parce que vous êtes financeurs
  • Parce que vous faites partie des acteurs de la création d’entreprise en Basse Normandie
  • Parce que vous êtes entrepreneurs et entreprenants, experts, tuteurs d’une heure, mentors, parrains, marraines, jury de nos comités de validation
  • Parce que vous êtes pionnières et créateurs,
  • Parce que vous nous avez aidées, soutenues, supportées

Merci aux maris, compagnons, aux enfants et proches des pionnières : la création d’entreprise prend de la place dans une vie. Nous vous mettons sacrément à contribution. Votre capacité à prendre en charge le quotidien va être déterminante pour permettre notre investissement, qui en en phase de préparation et de démarrage est plutôt du surinvestissement et vu de l’extérieur, c’est d’ailleurs un peu excessif !

Un merci tout particulier au temps masqué, sans lui que ferions-nous ? Merci aux outils nomades, aux heures tardives, aux petites heures du matin, aux oreillettes…

(…)

Tout au long de notre vie, nous recevons des « leçons particulières » de personnes méritantes, formidables, pleines d’énergie.

Une conversation de petit déjeuner un matin de février de cette année avec l’artiste Françoise Schein, qui a installé la station de métro Concorde à Paris, station des Droits de l’homme: une lettre bleue par carreau blanc pour inscrire les droits de l’homme, nous conduisait à formuler que pour qu’il y ait du « nous », il faut du « je. »

Il y a dans tout projet un « je » qui porte, supporte, encaisse, paye et résiste pour qu’il y ait la possibilité du « nous », du « collectif ».

« Créer du NOUS », c’est la force des Pionnières.

La coopération au service de la compétition de chacune d’entre nous puisqu’il s’agit de permettre à chacun de réussir la création de son entreprise.

Isaac Getz, un expert à l’APM, rappelle en revanche que c’est au « je » d’assumer l’échec, le risque parce que le succès est du côté du « nous ».

Normandie Pionnières, envers et contre toutes les tourmentes financières que nous traversons, est une réussite :

  • à ce jour 65 entreprises créées et 140 emplois.
  • 121 femmes accompagnées et presque 500 femmes écoutées et accueillies.

Très peu de galère, j’en compte 5, et encore avec des capitaines et des équipages qui s’apprêtent à reprendre la mer !

Je vais vous parler de quelques-uns de mes  professeurs particuliers qui m’ont été bien utiles pour la mission Pionnières.

Je remercie Philippe Bourguignon, ergonome, formé au CNAM. Il m’a propose en 1983 de contribuer à une étude des conditions de travail sur chaîne tractée dans l’Usine RVI de Blainville. Tout ce qui va suivre ensuite dans ma vie professionnelle est marqué par cette nécessité de descendre dans les ateliers, les entrepôts, les réserves, les magasins, les bureaux. Concrètement et pour faire simple, une méthode de base,

  • parler avec les gens sur le terrain,
  • avoir les codes pour convaincre dans les réunions de direction
  • et trois mailles au filet :
    • ce qui peut être réglé tout de suite,
    • ce qui va prendre un peu de temps,
    • ce qui est possible mais qui suppose de gros investissements.

Je remercie Philippe Casenave-Péré de LEGALLAIS qui en 1987 m’a permis de vivre, avec Philippe Morice, Daniel Saintain, Jean-Yves Geffroy, Gérard Anfroy, et tous les autres,  une aventure qui sera déterminante dans mon métier de formatrice et de consultante. Sans Legallais, je ne serai pas ce que je suis aujourd’hui. En très peu de mots, j’y ai appris qu’on peut grâce à un management intelligent et humaniste, une farouche détermination, et une réelle bonne humeur, donner une croissance exemplaire à une entreprise.

Dans les années 90, je participe au développement des ouvertures des hypermarchés Continent. Je fais ensuite partie de l’équipe Champion et je forme pendant 10 ans les chefs de  de rayons de l’Ecole de Vire avec Denise Fontaine. Chaque année, nous montons un spectacle pour le parrainage des promotions, qui deviendra culte. Toutes ces expériences nous apprennent à travailler la nuit, le jour et les WE, à croire aux miracles, pour que tout soit prêt à 15h le jour J : faire interagir sur scène une trentaine de personnes avce dans la salle : les Dirigeants du Groupe Promodés, les cadres, leurs fournisseurs et leurs partenaires.

Grâce à Denise Fontaine, en 1993, je créée F. Formations. Mon cabinet a 20 ans cette année. La devise du cabinet : « construire ensemble »

Je fais la connaissance de CODEC au moment où l’enseigne est rachetée par Promodes. Avec la charte de Séville, il s’agit pour tous les commerçants coopérateurs de garder leur identité. Avec Jacques Guillon, nous créons le « kit ouverture CODEC » et nous l’animons sur toute la France, ce travail est repris par SHOPI, Huit à 8, je travaille beaucoup avec les conseillers de formation des magasins de proximité. La phrase d’Henry Ford flotte sur toutes ces années : « Les deux choses les plus importantes n’apparaissent pas au bilan d’une entreprise : sa réputation et ses hommes. » Quand Jacques prend la direction de France Maternité, je fais aussi partie de l’équipe avec un autre slogan « avis de tempête sur le bébé ! » Bébé 9 est aujourd’hui une enseigne en plein essor.

Fin des années 90, je vais commencer à travailler avec les Chambres de Métiers et de l’Artisanat. Je vais faire partie de QualitéA puis de Capéa. Ensemble, nous créons les jeudis du management.

(…)

2006 : Pierre Gilles pose les fondations, avec Brigitte Rouget-Deleuze, de ce qui deviendra Normandie Pionnières. Je le remercie de m’avoir associée fin 2006 à ce projet, qui va bouleverser ma vie !

Pour être honnête, je n’y croyais pas tout à fait : pourquoi créer un outil dédié aux femmes ? Pourquoi faire de la discrimination positive ?

Pierre avait bien posé l’équation. Elle était juste. Son analyse a rencontré celle de Frédérique Clavel : les femmes ne sont pas assez accompagnées, elles sont moins de 15% dans les pépinières d’entreprise, il faut leur apporter une démarche spécifique. Si les femmes créent davantage, cela ne peut être que positif pour notre économie et notre croissance.

Qu’est-ce qu’il y a de spécial chez Normandie Pionnières ?

Un « je ne sais pas quoi » qui dégage pas mal d’énergie et qui fait qu’on ne lâche pas l’affaire !

Normandie Pionnières est un lieu d’échanges, de réflexion et d’apprentissage autour de la lettre P :

  • P comme permission… de réussir,
  • P comme protection… ne pas se mettre en danger,
  • P comme potentiel… faire des choses dont on ne pensait même pas qu’on pourrait les faire…,
  • P comme puissance… parce que installation de la confiance,
  • P comme pouvoir…
  • P comme profit… comment gagner de l’argent avec mon idée ? c’est la question du business model.

Notre méthodologie est faite de « commençons par écouter.»

Nous avons

  • le Parcours de construction du projet, dit PCP
    • avec notre jeu le GonoGo : « j’y vais ou je n’y vais pas »,
    • les différents ateliers,
    • le point d’étape à mi-parcours et la désignation du Tuteur d’une heure,
    • le comité de validation, les mentors : la sélection ne se fait pas au démarrage, elle se fait en fin de parcours, coproduite avec la Pionnière.
  • nous avons la phase de consolidation et développement de l’Innovation, PCDI nous travaillons et nous travaillerons cela avec Synergia et avec le talent des Pionnières : comment sortir de la lumière du réverbère et aller voir plus loin ou autrement ? il y a d’autres jeux à créer comme « en avant Go » par exemple, les déclinaisons sont plurielles
  • nous avons les Intervisions, en phase de post-accompagnement, qui sont des lieux de co-développement
  • nous avons le CNEP, le club normand des entreprises pionnières
  • et nous avons la volonté de travailler avec tous les acteurs de la création d’entreprise sur le territoire.

Notre Objectif : rassembler toutes les énergies, mettre toutes les compétences au service de la création d’entreprise. Quand tout un territoire tire dans le même sens, - et c’est bien ce qui se passe en ce moment, notre présence ici à la CCI et vous tous dans cette salle venus de nombreux réseaux -, raconte cette envie que nous avons de créer

      • de l’initiative,
      • de l’activité,
      • des entreprises,
      • des emplois.

Si le territoire est actif, il devient attractif.

Pourquoi ça marche ? Parce que les Pionnières ont du mérite !

Je remercie, je félicite toutes les Pionnières. Vous avez beaucoup de mérite !

Vous avez du culot aussi, une bonne dose, et il en faut. Vous avez de l’audace. Vous prenez des risques. J’ai souvent eu peur pour vous. Et vous relevez le gant parce que vous avez une immense capacité de travail, vous avez une endurance de marathoniennes.

Je remercie Philippe Moreau qui à nos débuts, nous a animé une conférence formidable : « gardez l’étincelle » Il a fait le lien entre l’ultra-fond et la vie en équipe dans l’entreprise. Faire vivre une entreprise, c’est aussi une course d’endurance…

Chères Pionnières, vous avez réussi parce que souvent, vous avez fait  plusieurs métiers en même temps pour assurer un fond de trésorerie et que vous savez combiner toutes les tâches, - ne rien lâcher pour pouvoir trouver la juste géométrie de votre projet -, vous avez innové, vous êtes allées sur de nouvelles pistes, vous avez ouvert de nouvelles manières d’envisager le travail.

Vous avez accepté de perdre de l’argent pour en gagner.

Vous avez participé à de nombreux concours et vous les avez gagnés, vous êtes montés sur les podiums, vous avez pris la parole dans différents médias, vous avez su créer du buz

(...)

En étant « accélérateur de mixité », la volonté de notre association est bien d’être contributrice du développement du potentiel d’innovation régionale. C’est sous cette mention, que nous faisons nos demandes de subventions en étant un outil spécifique d’aide à la création pour les femmes.

Nous créons avec les hommes. Comme les hommes créent avec les femmes.